Exercice n°4  
janvier - février 2004

 

Nous sommes un groupe, toutes en recherche de création, d'innovation dans le domaine textile. Nous essayons d'avoir une vision différente du patchwork, de ne pas dénigrer ce qu'il existe, mais de poser un regard élargi sur l'assemblage et le voisinage des matières entre elles.

Nous voulons sortir les matériaux de leur contexte d'origine, les amener à une représentation artistique dans une dynamique plus large afin de leur donner une esthétique vivante dans une dimension artistique.

Chacune travaille avec ses sensibilités, ses tendances du moment et son style propre. Nous sommes libres et essayons de ne pas nous influencer mais de nous encourager, de faire avancer chacune dans sa voie, en ayant un regard objectif sur le travail des unes et des autres.

Tous les 2-3 mois nous allons nous lancer un défi et travailler sur une idée lancée par l´une d'entre nous. 
Ce nouveau défi donné par Catherine T. vient de l´idée suivante : 

""cet été, j'ai récolté des petites merveilles sur la plage (je ne me baigne jamais donc je ramasse toujours des petits trucs) coquillages ayant subi les aléas des vagues ; il y en a de beaux, pas forcément entiers, des morceaux, mais qui ont attiré mes yeux, de toutes formes, de toutes couleurs. je vous propose de vous envoyer une pièce à chacune (je vais procéder à un tirage au sort avec mon gamin pour pas m'influencer, pas choisir etc)et vous l'envoie ; faire ce que vous voulez avec : s'inspirer de la forme OU de la couleur OU du ressenti OU l'intégrer dans un ouvrage OU OU OU... le copier, bref, en faire ce que vous voulez j'ai juste passé un peu de vernis sur certaines pièces car dans l'eau de mer, on a des couleurs extras et quand le coquillage sèche, on le trouve moche ""

 

Anne-Marie B.
Titre de l´ouvrage : "Pierre-araignée de mer"

Commentaires : 


Catherine T.
Titre de l´ouvrage :  

Commentaires : ... alors le mien est une horreur ! déjà, le coquillage, je vous en avais parlé, est trop "coquillage" en le ramassant, j'ai failli le remettre à l'eau: J'AURAI DU ! ça fait 3 essai que je fais sur lui, le dernier ici présenté, a failli aller à la poubelle comme les 2 autres... j'ai fait un transfert photo d'une vue sur la plage sur lequel j'ai posé ruban, dentelle (trop imposante), perles et cuvettes coupées pour évoquer les débris de moules, et le "beau" coquillage qu'il faut vite ramasser avant que la vague ne l'emporte.
bof bof
au départ, j'avais pensé tyvek à cause du trou et donner une raison humaine à ce coquillage qui m'évoquait un corps de femme ??? ou autre créature ; puis essai de travail de fils sur insoluble : archi moche (je ne le retrouve pas, je pense l'avoir mis à la poubelle) ; bon, j'ai tout raté et pour ne pas rendre copie blanche, j'ai fait ce truc qui n'est pas une oeuvre d'art et que j'espère oublier bien vite...


 

Joelle G.
Titre de l´ouvrage : (sans titre)

Commentaires : travaillé la photo du coquillage, reproduit sur non tissé ( tu vois lequel Régine !) dessiné en piqué libre fil brillant après avoir rajouté cello frais et voilage. Rajout de petits cailloux et morceaux de verre (je n'avais pas de mer, alors je suis allée au parc, à l'endroit où le soir il y a des rencontres nocturnes!!!! moins poétique.....) liées entre eux avec fil de cuivre + fil crée à l'hydrosoluble.
J'aurais pu l'appeler "allusion"


Marie-Claude B.
Titre de l´ouvrage : (sans titre)

Commentaires : Pour ma part j'avais reçu un magnifique bout de coquillage nacré dans les beiges je l'ai tourné en tout sens et j'ai adopté le parti de le multiplier : je l'ai posé sur la vitre du scanner, l'ai imprimé sur du papier transfert, reporté sur du vieux drap, superposé plusieurs tailles, rembourré une partie et rebrodé le tout.


 

Régine D.
Titre de l´ouvrage : "I have a dream"

Commentaires : 
...
viens de mettre aussi ma photo "I have a dream" : travail à la taille des 6 petites balanes (2,5 X 1,5 cm) envoyées par Cat. Galet recouvert d'un tissu brodé au point de noeud avec des fils divers (fantaisie-laine-coton...), balanes posées dessus.

 

Andrea P.
Titre de l´ouvrage : (sans titre)

Commentaires : Avec la lumière artificielle les fibres d'angelina brillent trop. J'ai utilisé du feutre, papier de soie, dentelle sur avalon, perles, fils teintés et fibres d'angelina.

 

 

Anne G.
Titre de l´ouvrage : (sans titre)

Commentaires : Défi-coquillage : je crois aux hasards ; ils m’intéressent, j’aime les utiliser ; Il y a eu 3 coïncidences : d’abord on m’a offert un cadeau dans un papier décoré de coquillages (je les ai scannés, imprimés sur tissus, découpés en volutes) puis, j’ai trouvé une photo de mode : les cheveux du modèle étaient tressés en un étonnant coquillage . Alors, 3° hasard, je me suis souvenu d’une très belle strophe d’un de mes poètes préférés : Supervielle qui établit un parallèle (presque un cliché !) entre le coquillage et l’oreille (celle du mannequin !) ; j’écris mal, alors ma fille l’a écrite sur la composition que j’ai dessinée de façon spontanée. Pas de couture, cela s’apparente à du collage, juste quelques broderies de vagues et volutes dorés, un semis de confettis, et une résille dorée avec des strass pour la mer et les filets de pêche ; le tout en moins de 3 heures et un format A4. Le résultat est à la fois très années 60 et klimtien ; je vais l’intégrer à mon journal textile, projet que je mène avec une amie. Mais bon, quelques jours après, j’aime moins, je suis vite et souvent déçue par ce que j’ai créé dans la fièvre…..

 

 

Marie-Laure B.
Titre de l´ouvrage : "Fond de parc"

Commentaires : Ce sera "fond de parc", puisque j'avais reçu une coquille d'huitre. J'ai essayé d'en recomposer une par superposition de tissus, fixés au fil transparent, légèrement mis en relief par rembourrage, ai découpé une autre forme dans de la dentelle, et enveloppé la coquille originale dans un tulle déchiré. Le tout posé sur un support jean usé recouvert de qq bandes brutes de doublure effilochée. 
Ce fut difficile encore de faire du brut, mais seul un exercice comme ça me le permet.

 

 

Marce
Titre de l´ouvrage : "moi, j´adore pas la mer"

Commentaires : Et bien moi, mon titre est "moi, j'adore pas la mer" ; je pastiche le titre d'un livre que j'ai adoré de Françoise Xenakis "moi, j'aime pas la mer". 
J'ai eu bcp de chance, j'ai reçu un coquillage merveilleux ; j'ai fait un feutre en incrustant des fils de laine pour imiter les nervures internes du coquillage, puis j'ai brodé.


Valérie
Titre de l´ouvrage : (sans titre)

Commentaires :  J'ai eu une moule, bof ... désolée CaT, c'est pas de chance, bof bof... Enfin... Je l'avais fait dès le début. Ne sachant pas qu'en faire, je l'ai écrasée et enfermée sous du tulle passé à la peinture dorée. Le fond est du BW couvert d'acrylique argent et de peinture tissu bleue, collé sur un coton blanc. Puis je l'ai laissé de côté car je le trouvais froid, glacial même. Je n'aime pas vraiment le bleu et pourtant j'ai tout de suite pensé à associer cette couleur à mes éclats de coquille. Pour le réchauffer j'ai donc couché des fils orangés, et le tour était joué !!!!! Voilà, c'est un "Ciel d'hiver", réchauffé par quelques rayons de soleil...

 

Catherine P.
http://www.catherine-pascal.net
Titre de l´ouvrage : L´écume du jour

Commentaires : Le mien (de coquillage) suivra ce soir, ce sera très différent de ce que vous avez pu voir de moi (très très depouille, simple, épuré je dirai...). Fibres de lin, ramie et soie laissées naturelles en fait. J´ai vérifié ce matin et mon idée de prendre le coquillage entièrement entre ces fibres avec le medium acrylique a marché. Je rajouterai ce soir un tout petit peu de paillettes en peinture et ce sera tout. 
A réception du coquillage de Cat (une moule cassée) je me disais oh ce ne sera pas l´aspect "beauté" qui va me pousser, car des coquillages j´en possède beaucoup (sur 2 bancs de fenêtres, des gros, des petits, des précieux), dans une vitrine, dans un vase :-) De toutes formes et couleurs! 
Mais celui la ... n´a vraiment rien ...
Mais je sentais ce sentiment monter en moi : qui est de prendre son temps sur une plage, de voir les langues de la mer (l´écume) grimper et redescendre doucement sur la pente de la plage, être parmi le bruit des vagues -et du vent-, voir les pieds s´enfoncer dans du sable épais, alourdi par l´eau, les traces éphemères de nos pas qui seront effacées rapidement par les prochaines écumes ... une espèce de nostalgie mais aussi qualité de vie, chercher des "trésors" sur une grève. Déguster pleinement ces instants si doux, passés à ne rien faire, sauf vivre ... et être émerveillée.
Un instant de vie dépouillé, guidé seulement par la joie de trouver un trésor.

 

Copyright 2004 / Oeuvres, Textes + Images : les Créatrices

 

Top


Home